PDF Tools AG vous souhaite un joyeux Noël 2019! - Les chroniques traditionnelles de Noël en Suisse, partie 14

La grande farce des êtres sauvages - Tschäggättä

Photo: www.loetschental.ch

Tschäggättä

La grande farce des êtres sauvages

Les mythes et légendes nourrissent l’imagination des êtres humains depuis des mil-lénaires ; la plupart du temps accompagnés d’images qui restent gravées à jamais dans nos mémoires. Grâce à la tradition orale, les coutumes et traditions se transmet-tent de génération en génération et restent ancrées dans le cœur et l’esprit des gens, malgré la « révolution numérique » et le rythme de vie effréné qui est le nôtre. L’une de ces traditions qui se perpétue en Suisse s’appelle « Tschäggättä ». Comme beaucoup de rituels ancestraux, son origine est incertaine. 

Les Tschäggättä commencent à animer les rues en février, le lendemain de la Chan-deleur et ne s’arrêtent que le Mercredi des Cendres. Les passants non avertis risquent alors d’avoir une belle frayeur devant le vacarme et l’apparition terrifiante de ces créa-tures masquées. Il est d’usage que les créatures passent de village en village. Mais les Tschäggättä peuvent aussi décider de modifier spontanément leur parcours. Gare à celui qui croisera l’une de ces horribles créatures !

Il n’y a que les initiés qui savent qui se cache derrière ces masques. Au nom de la li-berté carnavalesque, les Tschäggättä tiennent à ce que leur identité reste inconnue de leurs amis et de leurs proches s’ils venaient à les croiser dans la rue. Avec leurs masques démoniaques et tous vêtus de fourrure, les Tschäggättä sillonnent les rues des villages du Lötschental et font des farces. Vous les entendrez arriver de par le bruit qu’ils font avec leurs « Treicheln » (cloches de vache), qu’ils portent en général sur eux. Les éléments les plus importants des déguisements des Tschäggättä sont leurs masques impressionnants, qui sont taillés dans du bois d’arolle tendre de la région par des sculpteurs. Ces visages effrayants, en partie peints et décorés de dents et de fourrure, apportent la touche finale à l’apparence des Tschäggättä.

Pour enfiler ce costume, la communauté doit prêter main forte, car il n’est pas possible de le mettre tout seul. En effet, celui qui porte le déguisement doit d’abord mettre plu-sieurs couches de sacs, de coussins et de fourrure. Ensuite, c’est la ceinture de la cloche qui fait tenir l’ensemble. Tout à la fin, on enfile le masque. La « bête » sort en-suite, appuyée sur un bâton de berger, dans l’ambiance idyllique des rues enneigées des villages de montagne du Lötschental. Jadis, il s’agissait là d’un rite rude, lors du-quel les gens étaient pourchassés et jetés dans la neige, où on les enduisait égale-ment de cendres. De nos jours, les farces se sont un peu adoucies.

Peu importe l’origine de ce rite païen – que ce soit la protestation contre la politique valaisanne ou des brigands déguisés –, cette tradition se perpétue en Valais avec beaucoup de passion et de joie.  Cela fait partie intégrante de l’histoire vivante du Lötschental et de la culture suisse.

Toute l’équipe de PDF Tools AG vous souhaite, à vous et à vos proches, de joyeuses fêtes de Noël et une nouvelle année pleine de réussite ! Nous vous remercions de votre confiance et nous réjouissons de poursuivre notre agréable collaboration.