PDF Tools AG vous souhaite un joyeux Noël 2017! - Les chroniques traditionnelles de Noël en Suisse, partie 12

Beaucoup de bruit pour célébrer le printemps - Chalandamarz

Photo: © Copyright Sils Tourismus
Photographe: Gian Giovanoli, Sils Maria

E viv 'il chalandamarz!

Beaucoup de bruit pour célébrer le printemps

Le Chalandamarz est une vieille tradition célébrée en Suisse depuis l’époque romaine dans certaines régions romanches des Grisons. Quelle est l’origine du mot Chalandamarz et comment cette coutume est-elle célébrée ? 

Le mot Chalandamarz est composé de « Chalanda », terme provenant du latin kalendae qui signifie « premier jour du mois », et de « Marz » qui est le mois de mars. Cette coutume concerne petits et grands – le déroulement du cortège diffère d’un village à l’autre, mais dans tous les cas c’est la journée la plus importante et la plus attendue de l’année.

Qui ne connaît pas l’histoire « Une cloche pour Ursli » ? Le jeune Uorsin, surnommé « Ursli », attend avec beaucoup d’impatience de célébrer le Chalandamarz. On lui a promis la plus grande cloche du village. Or, le père d’un enfant gâté du village achète la cloche promise à Ursli. Ce dernier doit donc se contenter d’une minuscule clochette pour le cortège. Mais Ursli ne se laisse pas faire. Il décide de se rendre loin du village, dans un chalet d’alpage enseveli par la neige, pour y décrocher la plus grosse cloche, la « Plumpa ». 

À l’origine, les administrations étaient renouvelées le 1er mars, et c’est également à cette date qu’on célébrait la fin de l’hiver. Les jeunes hommes traversaient alors les villages en portant des cloches de vache. Un grand repas était organisé, suivi d’un bal où les hommes dansaient avec les jeunes femmes en âge d’être mariées.  

Les préparatifs de cette coutume ancestrale commencent très tôt dans l’année. Les écoliers apprennent les chansons par cœur et les filles fabriquent chez elles les « Rösas », des couronnes de fleurs réalisées avec du papier de soie.

Chaque garçon doit se débrouiller seul pour dénicher la cloche de vache qu’il présentera lors du défilé .  Le but étant de porter la « Plumpa », la plus grosse cloche. De plus, chaque garçon doit demander à une fille si elle veut bien l’accompagner comme « jeune fille aux fleurs ».

Les garçons, vêtus d’un gilet bleu et d’un bonnet rouge, et les jeunes filles en vêtement traditionnel de l’Engadine défilent dans le village encore recouvert de neige en chantant les chansons qu’ils ont apprises. Un char richement décoré suit le cortège ; il transporte de petits cadeaux et de la nourriture qui sont distribués aux enfants. De nos jours, le Chalandamarz annonce le début du printemps avec des chants, des coups de fouet et le son des cloches. C’est ainsi que l’on marque la fin de l’hiver.

Nous vous souhaitons, à vous et vos proches, de belles fêtes de Noël et une excellente nouvelle année.

L’équipe PDF Tools